We energize the world

Contactez-nous

Le fonctionnement sans faille des data centers, un enjeu stratégique

Le coût d'une coupure de courant pour des data centers, en passe de devenir un des piliers de l'économie moderne, peut s'avérer colossal. Les technologies de pointe sont désormais incontournables pour protéger les investissements des entreprises.

La cause de la panne de courant chez British Airways était sans doute le cadet des soucis des 75 000 passagers cloués au sol aux quatre coins du monde, en mai 2017; ils ne souhaitaient qu'une chose : arriver à bon port. Pour la compagnie, en revanche, identifier la source de cette défaillance ayant entraîné l'annulation de 726 vols et une perte de plus de 90 millions d'euros, avec un effet désastreux sur son image de marque auprès de ses clients et investisseurs, était une priorité absolue. L'un des data centers du transporteur britannique était en cause.

En août 2016, c'est l'américain Delta Airlines qui avait été confronté à une épreuve similaire. La coupure de courant que la compagnie subit et dont la résolution prit trois jours, entraîna l'annulation de 2 300 vols et une facture encore plus salée, de plus de 125 millions d'euros. En septembre 2016, une défaillance du data center londonien de Global Switch 2 (GS2) a duré moins d'une seconde, mais ce fut suffisant pour mettre hors ligne un client, dont GS2 n'a pas révélé le secteur d'activité, pendant 48 heures.

Qu'ils traitent des informations client, fassent tourner des sites d'e-commerce ou permettent à des salariés d'accéder au cloud, les data centers sont devenus des organes vitaux pour l'entreprise d'aujourd'hui. Chaque fonction ou presque du monde numérique repose sur leurs épaules.

 

Les problèmes d’Alimentation Sans Interruption (ASI) – les systèmes d’alimentation de secours censés assurer la continuité de l’alimentation en cas de panne du secteur – comptent pour 25 % des défaillances des data centers, selon un rapport publié en 2016.

Le coût du temps d'indisponibilité est estimé à 7 500 € par minute et, comme l'illustre le cas de GS2, une coupure d'une fraction de seconde peut entraîner une interruption d'activité qui se compte en jours. Et à mesure que le marché des data centers gagnera du terrain au sein des entreprises et de la société, ces risques ne feront que croître.

L’efficacité énergétique et la fiabilité, autres challenges majeurs

Les data centers sont des créatures énergivores. On estime qu'ils consomment quelque 500 térawatts heure (TWh) par an dans le monde, soit un peu plus que la consommation annuelle d'électricité d'un pays comme le Royaume-Uni, et qu'ils produisent environ 2 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre, autrement dit à peu près autant que l'industrie du transport aérien. Et la plupart de cette énergie ne sert pas à alimenter des serveurs mais à refroidir ces derniers ainsi que les systèmes d'alimentation eux-mêmes.

Ce constat posé, on mesure mieux l'importance d'un système de secours fiable et efficient pour réduire les risques de coupure et optimiser la consommation énergétique. Les pannes de courant restent inévitables, mais une ASI bien conçue garantit un fonctionnement continu en prélevant l'électricité sur une batterie le temps que le générateur de secours prenne le relais. 

Si la technologie et les systèmes d'alimentation en électricité ont évolué, on ne peut pas en dire autant de l’alimentations de secours des data centers. Garcerán Rojas, Président de PQC, une société de conseil espagnole spécialisée dans l'ingénierie et l'architecture en environnements critiques, explique que les coupures de courant dans les data centers sont souvent dues à l'obsolescence des systèmes de secours.

 

 

 

Les batteries utilisées pour les ASI illustrent bien l'évolution technologique en cours. La plupart des data centers en sont restés à des batteries au plomb lourdes et volumineuses, qui requièrent un important dispositif de refroidissement. Recourir à ces batteries pèse sur le coût total de possession de l'ensemble de l'installation, des frais liés au refroidissement, à l'espace disponible, en passant par l'éventuelle nécessité de renforcer le sol pour supporter leur poids.

Or il se trouve que les batteries lithium-ion (Li-ion) de dernière génération présentent justement une plus grande densité de puissance, ce qui leur permet d'être jusqu'à trois fois plus compactes et six fois plus légères. Leur durée de vie est aussi plus longue que les batteries au plomb, jusqu'à 20 ans contre quatre à six. Et comme elles opèrent à pleine performance à des températures plus élevées, elles nécessitent moins de refroidissement, ce qui permet de réduire les coûts et de libérer de l'espace pour les serveurs au sein des data centers.

La batterie Li-ion est aussi plus flexible. L'option au plomb ne peut, par exemple, fournir moins de cinq minutes d'électricité de secours jusqu'à ce que le générateur prenne le relais. Pour certaines applications comme les data centers, les besoins réels peuvent être bien moindres. Une batterie Li-ion offre la possibilité de couvrir des temps de secours beaucoup plus courts, de une à cinq minutes, répondant au plus près aux besoins spécifiques en alimentation de secours.

Des batteries qui deviennent intelligentes

Autre net avantage des batteries Li-ion : elles sont « intelligentes ». Comme les batteries plomb souffrent du phénomène de mort subite, il est tout à fait possible que la défaillance d'un data center ne soit révélée que lorsque le recours à des batteries plomb est nécessaire, entraînant une catastrophe telle que celles qui ont affecté Delta et British Airways. C'est donc à l'opérateur qu'il revient d'accepter ce risque ou d'investir dans le renforcement de la redondance.

Les batteries Li-ion, quant à elles, sont dotées d'un système de contrôle autonome permettant à l'opérateur du data center d'être informé en permanence de l'état de la batterie (état de charge, état de santé et éventuelles alarmes), ce qui lui évite de gaspiller de l'argent dans un remplacement trop anticipé. Les batteries Flex’ion de Saft sont auto-alimentées, elles peuvent donc contrôler elles-mêmes leur état y compris en cas de coupure d'électricité.

Certes, la batterie n'est qu'un des composants d'un système ASI, lui-même n'étant qu'un des composants d'un data center fiable. Pour autant, à une époque où les entreprises s'appuient de plus en plus sur les data centers pour leurs activités commerciales, il est plus que jamais vital de pouvoir compter sur des systèmes d'alimentation qui garantissent leur fonctionnement en cas d'urgence. Tant sur le plan financier qu'en terme d'image, le coût d'une défaillance est tout simplement trop élevé.